Cambrousse

Il y a dans les paysages de campagne, une multitude de questionnements qui vient à la rencontre du promeneur. Il n’est plus l’observateur, il est l’observé.
Dans les sillons laissés dans la terre humide, dans le vol des oiseaux, dans le regard d’un chien aveugle, dans la silhouette des arbres, on est pris au jeu des regards. On n’est plus seul. Les champs, les bois, la terre, les animaux, sont là à vous interroger sur votre place au monde, le passé, le présent, l’avenir. La flore et la faune révèlent alors les doutes du coeur, les élans du corps, les vertiges de l’esprit, les cris des âmes.
Les Hommes, engoncés dans cet univers sombre et angoissants, sont comme figés de stupeur. « L ‘inquiétante étrangeté » de la campagne, se révèle alors au monde…