Sténopop

Découvrir l’essence de la photographie à travers les sciences.

Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Bourgogne Franche-Comté.

Le projet

A travers la photographie, le projet vise à mettre en pratique les connaissances acquises dans les différentes matières scientifiques ( technologie, physique-chimie et SVT ). Après un apprentissage des bases en photographie ( vocabulaire, histoire), l’élève s’initie à la prise de vues et découvre la camera obscura.
Il réalise ensuite un « sténopé » lui permettant de produire des images artisanales et originales.
Le sténopé reprend le principe de la « camera obscura ». Il permet de réaliser des photographies argentiques, sans électronique avec une simple boîte recyclée pour l’occasion.
La révélation de l’image a lieu dans une pièce organisée en laboratoire argentique. On utilise du « caffenol », un produit fabriqué avec des produits ménagers…

Interventions en classe de 5e au Collège E.R.E.A Simone Veil à Besançon – En collaboration avec Benoît Kern, professeur de sciences.

Faire des photos avec une boîte de conserve et du café…

Projet réalisé en mai et juin 2021.

Les séances :

  • Le vocabulaire de base en photographie ( cadrage, expositions, plans,etc)
  • Comparaison entre l’oeil et la camera obcura
  • Histoire des appareils photo : du smartphone au sténopé
  • Fabrication du sténopé
  • Prises de vues
  • Développement en laboratoire

Introduction à la photographie

Dans les premières séances, le champ lexical de la photographie a été abordé afin que les élèves intègrent les notions d’exposition, de temps de pause, de plan, etc. Cela permettait également d’avoir un même vocabulaire avant de débuter le projet proprement dit. L’accent a été mis sur les propriétés du rayon lumineux qui inverse l’image dans la camera obscura, tout comme dans l’oeil humain. Les propriétés chimiques du papier sensible ont également été abordées et développées par la suite par le professeur de sciences.
Des fiches-résumé étaient à disposition du professeur. Les élèves pouvaient les compléter en dehors des interventions afin de garder une trace des notions traitées et de vérifier les connaissances acquises.
Les exposés étaient illustrés par des images projetées.

Les Sténopés

Les sténopés ont été réalisés avec des grosses boîtes de conserves, récupérées à la cantine.
Au programme : découpage de papier noir pour l’intérieur de la boîte, fabrication d’un couvercle hermétique à la lumière, réalisation fine du trou qui servira d’obturateur. Réflexion, organisation, dextérité, travail d’équipe, autant d’éléments étaient mis à l’épreuve afin de réaliser cet appareil photo artisanal.

Les prises de vues

Les sténopés terminés, venait l’heure des prises de vues!
Après avoir glissé le papier sensible dans notre boîte de conserve, on sort à l’extérieur. La météo a son importance : plus il y a de soleil, plus le temps de pause est court. A l’aide d’un chronomètre, on veille donc à ajuster la durée nécessaire. Au départ, il faut parfois plusieurs essais pour trouver le bon temps d’exposition. Mais le résultat en vaut la peine!

Protocole sanitaire oblige, les élèves ne pouvaient enlever leur masque. Avec la professeure en arts plastiques, les élèves avaient donc dessiné des motifs sur des masques en plastiques blancs, qui permettaient de cacher les masques chirurgicaux.
Ces masques, parfois effrayants, ont renforcé le caractère étrange que donnent naturellement les photos faites au sténopé.

Développement au caffénol

Les élèves ont préparé le caffénol, un révélateur non toxique, mélange de produits courants : des cristaux de soude ( utilisés pour nettoyer, détacher le linge ) , de la vitamine C et du café en poudre !
Après avoir effectué des dilutions, pesé les quantités nécessaires, les élèves ont développé leur papier dans le cagibi de la salle, transformé pour l’occasion en laboratoire photographique. Tout une ambiance, en lumière inactinique, où tout est rouge…et magique quand la photo apparait !

Les oeuvres !

Les photos avaient parfois une teinte plus ou moins marron, en raison du type de révélateur que les élèves avaient produit.
Avec la contrainte du masque, le projet aura pris une direction tout à fait intéressante et artistique.
Des séances qui auront interrogé les élèves sur la technologie, la science, et l’art et leur auront permis de réaliser de véritables créations visuelles, troublantes et originales.